Bienvenue 
Intersyndicale :


les mots d’ordre d’une mobilisation massive contre la crise
Les huit organisations syndicales ont défini les axes revendicatifs de la mobilisation du 29 janvier prochain.
Entreprises et État sont appelés à mettre en place une série de mesures concrètes pour l’emploi, le pouvoir d’achat et les garanties collectives.

Objectif :
peser dans la relance, au service des salariés, demandeurs d’emploi et retraités.
Le gouvernement renie ses engagements et attaque les 35 heures

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La CFDT de Brico Depot France Index du Forum // Informations generales // Les retraites
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marjana
Administrateur


Inscrit le: 23 Mai 2007
Messages: 177
quel magasin?: Cannes Ecluse
Féminin
est tu syndiqué?: CFDT

MessagePosté le: Mer 4 Juin - 08:56 (2008)    Sujet du message: Le gouvernement renie ses engagements et attaque les 35 heures Répondre en citant
Le gouvernement renie ses engagements et attaque les 35 heures

En réécrivant les propositions de la position commune du 10 avril sur le temps de travail, le gouvernement choisit d’affronter la CFDT et la CGT qui appellent à manifester le 17 juin. Les dispositions envisagées sont lourdes de conséquences sur la santé au travail.

Le gouvernement passe en force pour imposer une déréglementation de l’organisation du travail et réécrit de façon unilatérale la loi sur les 35 heures. Alors qu’il s’était engagé à transcrire la position commune du 10 avril sur la représentativité, le gouvernement reformule complètement l’article 17 du texte dans lequel les partenaires sociaux ouvraient, par accord majoritaire et à titre expérimental, la possibilité pour les entreprises de fixer un contingent d’heures supplémentaires plus ou moins élevé excluant toute autre disposition.

L’attaque est frontale pour les deux organisations syndicales signataires de la position commune, la CFDT et la CGT. En reniant ses engagements, le gouvernement prend le risque de mettre à mal les changements profonds intervenus depuis 2007 pour la démocratie sociale, indique en substance François Chérèque, afin de contenter la majorité UMP (lire l’édito). Le Medef lui-même proteste et, par la voix de Laurence Parisot, demande au gouvernement de s’en tenir à la position commune.

Le projet de loi est sans ambiguïté. Le président, le Premier ministre et le ministre du Travail ont beau affirmer que la durée légale du travail restera bien à 35 heures, les dispositions transmises aux partenaires sociaux le mardi 27 mai donnent aux entreprises les moyens de les contourner. Elles touchent les contingents d’heures supplémentaires, les conventions de forfaits heures sur l’année, de forfaits jours et les modalités d’aménagement du temps de travail sur tout ou partie de l’année. La philosophie du projet tient en plusieurs principes qui réduisent considérablement les garde-fous en matière d’organisation du temps de travail. La primeur est donnée aux accords d’entreprise et attribue un rôle subsidiaire à la négociation de branche, de plus la condition d’extension des accords de branche, aujourd’hui exigée, est systématiquement supprimée dans le projet de loi. Ensuite, les possibilités de décision unilatérale de l’employeur sont renforcées en cas d’absence d’accord collectif. Le gré à gré est autorisé quand bien même existe un accord collectif pour le paiement des heures supplémentaires et l’achat des jours de repos d’un salarié au forfait jours. Autrement dit, les dispositions transitoires de la loi Tepa sont pérennisées.

Concrètement, les entreprises pourront fixer librement leur contingent d’heures supplémentaires et les salariés ne pourront s’y opposer. Actuellement ce contingent est établi réglementairement à 220 heures (soit 5 heures de plus par semaine) ou par accord de branche étendu. Dans le projet du gouvernement, les entreprises pourront théoriquement aller jusqu’à 405 heures, ce qui correspond à la limite du Code du travail de 48 heures hebdomadaires. Elles devront négocier un accord d’entreprise dont les modalités sont celles de la position commune pour les accords d’entreprise en général (signature d’une ou plusieurs organisations syndicales représentant 30 % des suffrages aux élections professionnelles et absence d’opposition majoritaire). Mais la position commune concernait d’éventuelles dérogations aux accords de branche conclus avant mai 2004, et à titre expérimental, et l’accord devait être expressément majoritaire. Enfin, en l’absence d’accord collectif, un décret fixera le contingent.

Dans le projet de loi, c’est l’accord d’entreprise qui prime et, à défaut, l’accord de branche, dont l’extension n’est pas requise. En clair, les accords de branche ne s’appliqueront que dans les entreprises adhérentes aux chambres patronales signataires, ce qui, au passage, réduit le rôle de régulation de la CNNC (Commission nationale de la négociation collective).

Quant aux conditions du recours aux heures supplémentaires au-delà du contingent, l’autorisation de l’inspecteur du travail n’est plus nécessaire ni la consultation préalable du CE (comité d'entreprise) ou des DP (délégués du personnel), qu’il y ait accord ou non.

En matière de repos compensateur, l’accord d’entreprise pourra le définir et aucun minimum n’est fixé par la loi. Actuellement, dans les entreprises de moins de 20 salariés, toute heure effectuée au-delà du contingent donne droit à un repos compensateur de 50 % et de 100 % dans les plus de 20. Le projet supprime aussi le repos compensateur obligatoire au-delà de la 41e heure dans les plus de 20.

Forfait annuel pour tous. Il ouvre aussi la possibilité d’étendre les règles du forfait annuel en heures à tous les salariés. Aujourd’hui le forfait heures sur l’année est réservé aux cadres et aux itinérants dont les horaires ne peuvent être prédéterminés. Quant au forfait annuel en jours, qui exige pour les salariés non cadres une convention individuelle écrite, cette obligation est supprimée. Le forfait jours peut donc être unilatéralement imposé.

Enfin, concernant l’aménagement du temps de travail, le projet supprime la distinction entre modulation, cycle, attribution des RTT sur quatre semaines ou sur l’année. Un accord d’entreprise pourra organiser la répartition du travail sur tout ou partie de l’année. Les clauses obligatoires sont allégées (délai de prévenance, définition conventionnelle des plannings ou recours au travail temporaire, par exemple). La modulation et l’attribution des jours RTT sur l’année pourront être décidées unilatéralement.

Au final, il n’échappera à personne que ces nouvelles règles risquent d’être lourdes de conséquences en matière de santé au travail : des heures supplémentaires en plus grand nombre et moins de repos, des forfaits en heures ou en jours qui peuvent être imposés. Les risques d’augmentation du stress au travail et des TMS (troubles musculo-squelettiques) sont accrus. Par ailleurs, l’absence de régulation au niveau de la branche conduit à inciter les entreprises à une sorte de concurrence à la baisse sur les conditions de travail. Et Marcel Grignard de faire observer que « beaucoup de salariés pourront être tentés d’accepter des conditions de travail détériorées dans un contexte où concurrence et coût du travail sont utilisés comme moyens de pression par les employeurs ».n

Les inspirateurs du texte gouvernemental
Les dispositions du texte gouvernemental qui contournent les 35 heures ne tombent pas du ciel. L’accord signé dans la métallurgie en juillet 1998 – inspiré par l’UIMM et son président de l’époque, Denis Gautier-Sauvagnac, et signé par FO, la CFTC et la CGC – prévoyait notamment un contingent d’heures supplémentaires supérieur au contingent légal et permettait un horaire réel supérieur aux 39 heures légales de l’époque. Il inventait le forfait horaire annuel accessible à tous les salariés. La mise en place de l’annualisation était prévue sans accord d’entreprise avec une amplitude jusqu’aux 48 heures. En l’absence de DS (délégué syndical) ou d’accord, le régime prévu par l’UIMM pouvait être mis en œuvre dans l’entreprise après consultation du CE ou des DP… Quoi qu’amendé plusieurs fois (notamment en 2000 et 2003), cet accord était en fait “ précurseur ”.

La CFDT appelle à une forte mobilisation le 17 juin
L’intersyndicale du 29 mai, qui devait décider des suites de la mobilisation sur les retraites, a vu son ordre du jour quelque peu bousculé. La CFDT et la CGT ont décidé d’appeler à une journée d’action le 17 juin avec des manifestations et des arrêts de travail. Sur les retraites, le temps de travail et le respect du dialogue social. Il n’est pas dans la pratique CFDT de globaliser les mots d’ordre. Mais, comme le rappelle François Chérèque, c’est « le gouvernement qui nous amène à réagir simultanément sur le temps de travail et les retraites ». La CFTC n’est pas venue à l’intersyndicale et FO s’est désolidarisée de la mobilisation ainsi que la CFE-CGC et l'Unsa. En revanche, la FSU et l'union syndicale Solidaires ( qui comprend notamment les syndicats Sud ), ont décidé de se joindre à la journée du 17 juin.
Pour la CFDT, le gouvernement doit s’en tenir aux dispositions de la position commune. Pour l’heure, celui-ci persiste et signe son « infraction au dialogue social », comme le dit Marcel Grignard, en annonçant la présentation de son texte au conseil des ministres le 18 juin, le lendemain de la mobilisation syndicale.
La CFDT appelle donc à une forte mobilisation pour le respect du dialogue social, le temps de travail et pour une meilleure équité dans l’étape 2008 de la réforme des retraites. D’ores et déjà, des équipes se mobilisent. C’est le cas de celle du groupe Total qui n’a pas participé au comité de groupe le 30 mai en signe de protestation et qui appelle à des arrêts de travail le 17 juin.

Philippe Réau © CFDT
_________________
Deleguée syndicale CFDT Brico depot Cannes Ecluse


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Juin - 08:56 (2008)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La CFDT de Brico Depot France Index du Forum // Informations generales // Les retraites Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
alexisBlue v1.2 // Theme Created By: Andrew Charron // Icons in Part By: Travis Carden
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com